La prochaine réforme des retraites : peut-être enfin de bonnes nouvelles ?

Le principal chantier annoncé de l’actuel mandat présidentiel devrait démarrer l’an prochain avec la grande réforme des retraites : en effet celle-ci devrait permettre d’harmoniser tous les différents régimes de retraites, sur la base « d’un euro cotisé donnant droit aux mêmes droits pour tous ». Vaste programme qui devrait entraîner de multiples grincements de dents, tant le sujet est sensible…Cependant, en plus de rétablir une équité justifiée, le nouveau système devrait être équilibré quelle que soit l’évolution de la conjoncture ou celle de la démographie.
Il devrait aussi modifier les différents produits d’épargne-retraite, comme les contrats Madelin, le PERP ou l’article 83,  en permettant des sorties soit en capital, soit en rente, selon les choix des souscripteurs. Les flux viendraient d’où?
Enfin le forfait social appliqué à l’abondement de l’employeur dans l’actionnariat salarié repasserait de 20% à 10% : c’est un coup de pouce en faveur de l’investissement en actions pour les employés.
L’immobilier toujours de plus en plus taxé, pour orienter l’épargne vers les entreprises

Avec le remplacement de l’ISF par l’IFI, ce qui a été présenté comme un cadeau offert aux riches, en réalité s’est traduit par un alourdissement de l’impôt pesant sur l’immobilier lorsque les dettes ne pouvaient plus être déduites, si elles n’étaient pas directement affectées aux biens taxés. Notons que l’IFI porte sur une assiette élargie, englobant les placements collectifs en immobilier, plus connus sous le nom de SCPI et SCI.
Parallèlement, la suppression progressive de la taxe d’habitation entraînera très certainement l’augmentation des impôts fonciers, notamment sur les résidences secondaires pour compenser cette perte de ressources pour les collectivités locales.
Ces choix répondent à une logique oubliée depuis trop longtemps, à savoir que nos entreprises manquent de ressources durables pour se développer et assurer la survie de notre modèle social.
Ainsi, le gouvernement marque sa volonté de réorienter le patrimoine des français vers l’épargne financière, dont la fiscalité n’est plus aussi pénalisante depuis que la taxation forfaitaire des revenus du capital a été ramenée à 30 %.

On peut s’attendre aussi à ce que les PEA soient améliorés notamment en alignant la possibilité de retraits sans entraîner la clôture du plan, comme c’est le cas depuis toujours pour l’assurance-vie.

L’apparition de nouveaux risques n’a pas empêché les marchés de poursuivre leur hausse

L’économie mondiale connaît depuis la crise de 2008 un cycle de croissance prolongé exceptionnel pourtant cette crise a laissé des traces en alimentant les divers populismes et ravivant les politiques de protectionnisme et de repli nationaliste, comme la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne, ou le vote de l’indépendance de la Catalogne, et plus récemment l’accès au pouvoir en Italie d’une coalition clairement anti-européenne.
Si l’on tient également compte des risques de tensions internationales au Moyen-Orient, en Ukraine ou en Corée, la sagesse conseille de réduire les risques dans les portefeuille, que ce soient les risques boursiers, si les croissances attendues ont du mal à se réaliser, ou les risques de taux si le retour de l’inflation exige des politiques plus rigoureuses de la part des banques centrales.
Faut-il diminuer la voilure sur l’immobilier et investir en assurance-vie ou en épargne retraite vers des supports en actions? Sans doute oui.

Lamartine Financière
4, avenue Lamartine
78170 La Celle-Saint-Cloud

Tél. : 01 30 82 73 46
Fax : 01 30 82 76 89


Copyright © Financière Lamartine